>> Dans la pauvreté, 49,6% des mineurs de moins de 18 ans au Mexique: Coneval

Le Coneval a souligné que «les filles et les garçons et les adolescents au Mexique ont une prévalence de la pauvreté plus élevée que la population générale, ce qui limite leur développement et leur bien-être»

Dans 201849,6 pour cent des population de moins de 18 ans vieux Mexique, soit 19,5 millions de personnes, était en situation de pauvretésignalé le Conseil national pour l'évaluation de la politique de développement social (Coneval).

En outre, 9,3% de ce secteur de la population, ce qui équivaut à 3,7 millions de personnes, était en situation d'extrême pauvreté cette même année, selon la dernière mesure multidimensionnelle de la pauvreté publiée par cet organisme, dans le cadre du La journée des enfants.

Compte tenu de cela, Coneval a souligné que «les filles et les garçons au Mexique ont une prévalence de la pauvreté plus élevée que la population générale, ce qui limite leur développement et leur bien-être, et contribue également à perpétuer la dynamique de la pauvreté tout au long du cycle de vie»

Il a précisé que différents facteurs contribuent à la détermination des niveaux de pauvreté dans le enfance et le adolescenceParmi les plus pertinents figurent les revenus perçus par les membres du ménage, la zone de résidence, les conditions géographiques, l'origine ethnique, les caractéristiques des ménages, ainsi que la présence de privations sociales.

Il a expliqué que le manque d'accès à la nourriture est passé de 25,7% à 23,9% entre 2008 et 2018 dans ce groupe, c'est-à-dire qu'au cours de l'année dernière, plus de 9 millions de mineurs vivaient dans des foyers présentant un degré d'insécurité alimentaire modéré ou sévère.

En ce qui concerne le pourcentage de personnes n'ayant pas accès aux services de santé, celui-ci a diminué entre 2008 et 2018, passant de 39,0 à 14,3% au cours de cette période pour la population de moins de 18 ans.

En outre, le taux national de mortalité infantile a diminué, c'est-à-dire que le nombre de décès d'enfants de moins d'un an pour mille naissances vivantes est passé de 14,1 à 12,1 de 2010 à 2016, selon les données du Système d'information sur les droits sociaux (PEID).

Il a ajouté que dans le contexte actuel de crise sanitaire due au COVID-19, en 2018, 14,3% de la population de ce groupe n'avaient pas de services de santé et 61,1% n'avaient pas accès à la sécurité sociale, ce qui pourrait augmenter la vulnérabilité des filles , les garçons et les adolescents en cas de contracter cette maladie, car leur attention médicale peut ne pas être garantie, en raison du manque d'accès aux soins médicaux.

le Droit fédéral du travail stipule que l'âge minimum pour travailler est de 16 ans et seulement si vous avez l'éducation de base garantie qui, à partir de 2015, comprend le lycée; cependant, les données du Enquête nationale sur les revenus et dépenses des ménages (ENIGH) montrent qu'en 2008, 17,2% des enfants de 12 à 17 ans travaillaient et qu'en 2016, ce pourcentage a augmenté.

En ce qui concerne le manque d'accès aux services de base à domicile, en 2008, 27,3% de la population de moins de 18 ans vivaient dans des foyers qui n'avaient pas accès à l'eau potable, à l'électricité, au drainage ou cuisinés avec un poêle à bois sans cheminée, et pour 2018 ce ce chiffre est tombé à 23,4%.

De même, le manque de qualité et d'espaces de logement pour les mineurs est passé de 23,0% à 15,5% au cours de la même période. Chez les mineurs, le fossé éducatif était présent dans 10,5% de ce groupe en 2008 et dans 7,3% de ce groupe de population en 2018.

Avec des informations de Notimex