Bien à la maison : Jeudi 23 avril 2020 – Anderson Valley Advertiser nouvelle méthode de chauffage

* * *

NUAGES DU MATIN avec brouillard épars et bruine
céder la place au soleil et aux températures douces cet après-midi. Certains
le brouillard côtier peut persister jusqu'à vendredi matin, sinon attendez-vous
températures plus chaudes et ensoleillement intérieur. Quelques averses peuvent
couper les parties nord de notre région au cours du week-end et au début de la prochaine
semaine, sinon une pression élevée favorise principalement un temps sec et une
poursuite du réchauffement. (NWS)

* * *

SUR DES OBJECTIONS FORTES de l'auditeur du comté Lloyd Weer, de l'ancien shérif Tom Allman, de l'entrepreneur en électricité de Fort Bragg Mark Myrtle et du directeur adjoint de Ukiah City, Shannon Riley, sept membres du comité de la mesure B ont voté pour approuver la recommandation du PDG Carmel Angelo que les superviseurs détournent 1 million de dollars – " un bon chiffre rond », a déclaré Angelo en expliquant le montant – de l'argent de la mesure B pour« soutenir et étendre »les services de santé mentale existants mercredi après-midi. Comme décrit par Angelo, l'argent irait d'abord à la Fondation communautaire de Mendocino, puis serait remis aux prestataires de services de santé mentale existants (c'est-à-dire Camille Schrader et ses sous-traitants) qui peuvent demander l'argent à la Fondation communautaire par le biais de processus encore indéfini. (Un comité spécial de certains des votants oui sera formé pour travailler sur le processus.) Si, par hasard, la FEMA devait rembourser l'un des 1 million de dollars, le remboursement reviendrait aux caisses de la mesure B. Les non-votants ont déclaré que la proposition dépassait la portée de ce que les électeurs avaient approuvé lorsqu'ils ont voté pour la mesure B et avec le ralentissement économique actuel, les recettes de la taxe de vente de la mesure B devraient être touchées, ce qui ne devrait pas être encore réduit d'un dollar. million de détournement. Mais ces arguments n'ont pas influencé la faction Angelo du comité de mesure B qui pensait que remettre de l'argent aux tenues existantes aiderait en quelque sorte à lutter contre le stress et l'anxiété généralisés auxquels certains membres de la communauté peuvent faire face ces jours-ci avec le virus et les facteurs de stress associés. Comment les superviseurs recevront-ils cette recommandation? Mais il sera intéressant d’entendre l’échange probable entre l’ancien shérif Tom ‘Measure B’ Allman et les autres non-votes contre le PDG Angelo et sa faction des services de santé mentale lorsque ce point figurera à l’ordre du jour du conseil des superviseurs.

SAISIR un million ou deux du fonds de la mesure B n'est pas soutenable, bien qu'une majorité du comité de surveillance de la mesure B pense en quelque sorte que c'est une idée hâtive. Et acheminer les fonds détournés de la mesure B, en contradiction directe avec ce que les électeurs pensaient être de l'argent dépensé pour le but spécifique de la séquestration des malades mentaux dans le comté, par le biais des paralysies du Community Foundation Fund du comté de Mendocino, est inutile. le subterfuge a ajouté à l'insulte du million détourné. Mais maintenant, il revient aux superviseurs pour un vote où, comme toujours, la relation en cours du PDG Angelo, aucune question posée avec Camille Schraeder, ne sera approuvée, 4-1, Williams peut-être dissident.

La racine du problème est la gestion par les Schraeders des 20 millions de dollars annuels qu'ils reçoivent déjà des contribuables embobinés du comté de Mendocino. Vingt millions annuels, c'est beaucoup d'argent pour un comté d'une population de pas tout à fait 90 000 personnes à remettre aux services privatisés de M. et Mme Schraeder. Comme nous l'avons souvent demandé, qu'obtenons-nous pour nos vingt mil? Combien de personnes reçoivent des services et combien de personnes les servent? Donner aux Schraeders une dépense supplémentaire de l'argent de la taxe de vente désignée qui n'était pas censé devenir une caisse noire du comté, ne devrait pas être approuvé, mais…

* * *

* * *

ÉVITER LES CATASTROPHES

S'abriter sur place ou ne pas s'abriter sur place … telle est la question. On a beaucoup parlé récemment de la sagesse du mandat de refuge sur place et du moment où il peut être levé. Certes, du point de vue de la santé publique, l'abri sur place a été la seule chose qui a eu le plus d'impact sur le ralentissement de la propagation du COVID-19. Du point de vue de la protection de notre système de santé contre les débordements, cela a été essentiel. Cependant, il y a des coûts impliqués qui sont économiques, psychologiques et mesurés en termes de nos libertés civiles.

En y réfléchissant, il est raisonnable de comparer le COVID-19 à la grippe, mais assurez-vous de comparer la pandémie à la pandémie. Tout comme il existe différentes souches de coronavirus, il existe différentes souches de grippe. La pandémie de COVID-19 est plus comparable à la pandémie de grippe de 1918 (alias la grippe espagnole). Elle n'est pas comparable à la grippe des variétés de jardin que nous connaissons chaque année. COVID se propage beaucoup plus facilement que la grippe. La grippe de 1918 était environ 2 fois plus contagieuse que la grippe ordinaire, tandis que COVID est environ 5 fois plus contagieuse que la grippe régulière. Ce degré plus élevé de contagion signifie que le virus se propage rapidement à travers la population et une fois qu'il a commencé, le nombre de cas doublera tous les deux jours. Le temps d'incubation des trois est à peu près le même 2-4 jours en moyenne. La pandémie de grippe de 1918 a eu un taux de mortalité global d'environ 2%, la majorité des décès se situant dans la tranche d'âge des 20 à 40 ans. Dans le monde, cela a entraîné environ 50 millions de décès, dont environ 675 000 aux États-Unis. COVID a un taux de mortalité d'environ 4%. Bien que ce nombre puisse être une surestimation, puisque nous ne savons pas exactement combien de personnes ont été infectées, nous pouvons juger qu'il est au moins aussi grave que la pandémie de 1918. La majorité des décès par COVID ont plus de 65 ans, soit près de 80% de tous les décès.

La clé pour contrôler la propagation d'une maladie infectieuse comme celle-ci est d'isoler les personnes infectées jusqu'à ce qu'elles surmontent la maladie et ne soient plus contagieuses. Dans des conditions normales, cela implique des tests pour déterminer qui l'a, suivi de la recherche des contacts comme moyen de déterminer qui peut l'avoir attrapé. Cependant, dans ce cas, cela n'a pas pu être fait parce que quand il a commencé à se répandre aux États-Unis, nous n'avions pas de test efficace. Au moment où quelqu'un se présente malade, il l'avait déjà transmis à beaucoup d'autres. L'épidémie a donc décollé et la seule façon de la contrôler à ce stade était essentiellement d'isoler tout le monde. D'où l'exigence d'un abri sur place. Stanford a produit un excellent modèle épidémiologique pour les effets de l'abri sur place par rapport à l'absence d'abri sur place pour cette maladie. Le site Web CovidActNow.org vous permet d'utiliser ce modèle pour examiner n'importe quel comté des États-Unis. Si vous allez à Mendocino, vous verrez que sans abri en place, nous aurions environ 800 patients devant être admis à la mi-mai. Nous n'avons que 140 lits d'hôpital dans notre comté. De ce nombre, 100 à 200 seraient ici à l'hôpital Mendocino Coast avec nos 25 lits. Nous aurions été complètement et complètement dépassés. Dans une telle situation, nous serions obligés d'utiliser des protocoles pour les victimes massives afin de trier les personnes dans celles qui seraient traitées et celles qui seraient simplement mises à l'aise. Heureusement, avec le refuge sur place, qui s’étend sur les mois à venir, nous n’aurons pas plus d’une dizaine de patients à la fois. En empêchant les hôpitaux d'être submergés, nous serons en mesure de fournir de meilleurs soins et cela se traduira par des vies sauvées.

Lorsque nous considérons l'impact économique de la pandémie, n'oubliez pas que l'économie serait gravement affectée par le grand nombre de décès et les perturbations causées par la panique, quel que soit l'abri sur place. Les choses ne seraient certainement pas des affaires comme d'habitude alors que des centaines, voire des milliers de personnes meurent tout autour. Si nous regardons l'expérience de New York / New Jersey où cela a décollé avant que de telles mesures puissent être mises en place, ils ont eu jusqu'à mille décès en une journée à un moment donné dans les deux États combinés. Les morts sont enterrés dans des fosses communes, la première fois aux États-Unis depuis la guerre civile. De toute évidence, une telle situation va avoir un impact dramatique sur l'économie même sans abri sur place. Ce n'est pas une bonne situation de toute façon. Cependant, je pense qu'il est faux de croire que l'économie ne serait pas affectée de manière spectaculaire si nous laissions simplement l'épidémie suivre son cours et tuions peut-être des millions d'Américains dans le processus.

Une autre objection à la directive sur les abris sur place est la perte des libertés civiles. C'est une préoccupation valable car nous avons tous vu à quelle vitesse certaines de nos libertés ont été érodées après le 11 septembre. La peur nous rend vulnérables et nous pouvons être prêts à renoncer aux libertés pour un sentiment de sécurité. Il semble cependant étrange que les gens soient prêts à mourir pour protéger les libertés, mais ne soient pas prêts à renoncer temporairement à certaines libertés pour vivre.

Quelle que soit la façon dont vous envisagez les refuges sur place, cela a aidé à acheter aux hôpitaux et aux travailleurs de la santé à travers le pays un temps bien nécessaire pour se préparer à ce qui nous attend. Ce temps supplémentaire pourrait signifier obtenir plus d'équipement de protection de sorte que lorsque nous mettons potentiellement notre vie en jeu pour prendre soin des patients COVID, nous pouvons nous protéger. De plus, en empêchant une écrasante d'hôpitaux, cela signifie que nous pourrons donner à chaque personne admise avec COVID les meilleures chances de survie. Et lorsque nous revenons sur les directives relatives à l'abri sur place, si cela est fait de manière réfléchie, nous pouvons éviter de perdre les gains que nous avons réalisés. Si nous abandonnons simplement un abri sur place en réponse à un contrecoup de colère, nous inviterons probablement la vague même de cas que nous avons essayé d'éviter. Il me semble qu'au final, cela revient à deux scénarios. Un avec un abri sur place dans lequel nous impactons notre économie, mais sauvons plus de vies. L'autre dans lequel nous ne nous abritons pas sur place et où nous avons encore une économie endommagée, mais une horrible perte de vie.

– William Miller, MD, chef de cabinet de l'hôpital

* * *

* * *

DES CHOIX DIFFICILES au temps de COVID-19

Prendre les bonnes décisions pour aujourd'hui et pour l'avenir. Si vous avez suivi les récentes réunions du Conseil municipal, vous savez que la Ville essaie de mesurer l'impact de COVID-19 et de la fermeture économique mondiale sur notre économie locale. La ville dépend des entreprises locales, en particulier de nos hôtels, magasins de détail, restaurants, bars, stations-service et attractions locales pour percevoir les taxes de la ville ajoutées aux ventes des entreprises. Cela signifie que, comme bon nombre de nos entreprises, la Ville dépend du tourisme. Les économies touristiques ont été durement touchées par cet arrêt. L'industrie hôtelière mondiale est en baisse de 90%.

Le Fonds général de la ville qui paie la plupart de nos services de base de la ville, y compris la police, les coûts de notre service d'incendie volontaire, l'entretien des parcs et des sentiers, le développement communautaire, l'application des codes, l'ingénierie, le développement économique, la visite de Fort Bragg, le centre Noyo et Athletic Les contributions de Fields et l'administration municipale reposent sur la taxe de vente et la taxe de séjour transitoire (TOT). Ces deux sources représentent environ 47% du budget du Fonds général de la Ville. Avec la quasi-totalité des 900 chambres d'hôtel de la ville et plus vide, j'ai estimé que les collections TOT pourraient être en baisse de 90%. Les touristes qui visitent Fort Bragg et remplissent ces chambres représentent environ 40% du total des taxes de vente perçues par la ville. Les résidents de la région représentent environ 33%, les 27% restants venant des résidents de Fort Bragg City. Ajouter à cet impact le nombre d'entreprises qui sont fermées ou sévèrement limitées dans leur capacité à effectuer des transactions. Et enfin, nous devons tenir compte du grand nombre d'employés qui ne travaillent plus ou qui travaillent moins d'heures et achètent ce dont ils ont besoin ou simplement ce qu'ils peuvent se permettre.

Avec les diminutions estimées des frais municipaux et autres taxes, le Fonds général de la ville dépense probablement 425 000 $ de plus par mois qu'il n'en apportera. Cela signifie qu'au cours des cinq semaines qui se sont écoulées depuis le 18 mars, date à laquelle le Shelter-in-Place Order du comté a été mandatée, la Ville a déjà utilisé la réserve de récession de 490 000 $ créée par le Conseil municipal l'an dernier – et plus encore. Je ne m'attends pas à ce que le gouverneur ou le responsable de la santé du comté donne le feu vert à notre économie touristique locale avant la fin de l'été. Cela signifie que sans réduction du personnel et des services, nous continuerons probablement à consommer des réserves dans les mois à venir. Au total, le Fonds général de la Ville avait une réserve de 3,14 millions de dollars au 1er juillet 2019. J'estime que nous en avons maintenant 2,6 millions.

À la fin du mois de mai, si mes estimations sont même presque exactes, cela pourrait tomber à 2 millions de dollars et à la fin de juin à 1,5 million de dollars. Cela signifie que les réserves de la ville accumulées sur plusieurs années pourraient être réduites de moitié en seulement trois mois et demi, bien avant que nous prévoyions entamer une reprise économique. Je n'ai jamais rien vécu de tel dans ma vie. Il est difficile de modéliser l'impact de la fermeture mondiale sur notre économie locale. C'est aussi grave. Pour la Ville, cela signifie équilibrer la capacité de continuer à fournir des services, se préparer à soutenir notre communauté et nos entreprises lorsque nous ouvrons nos portes, contre des réductions de personnel difficiles maintenant. Mes projections sont probablement faussées par un certain facteur. J'espère que j'ai été trop pessimiste, mais ma crainte est que je n'ai pas été suffisamment pessimiste.

La dernière projection financière du Fonds général de la Ville peut être consultée sur city.fortbragg.com, sous Agendas & Meetings, Special City Council Meeting le 20 avril 2020.

– Tabatha Miller, directrice de la ville de Fort Bragg

* * *

BOONVILLE DRIVE-BY MORONS CONDAMNÉ

Des membres de gangs violents quittent la ville dans le bus pour San Quentin… Quand le CDCR recommence à accepter des détenus condamnés.

Deux accusés d'un gang condamnés pour avoir tenté de tirer au hasard sur un homme que personne ne connaissait et n'avait jamais vu auparavant ont été condamnés ce matin à la prison d'État de la Cour supérieure du comté de Mendocino.

D'un bref coup d'œil à la victime alors que la victime conduisait dans la direction opposée devant eux vers Boonville, les deux accusés ont conclu par erreur rapidement que la victime était associée à un gang rival et devait être poursuivie.

Le défendeur Alfredo Asher Knight, 18 ans, de Redwood Valley, est reconnu coupable d'un plaidoyer de tentative de meurtre au deuxième degré, un crime. Il a également admis la vérité de deux améliorations de la peine, la première étant qu'il avait personnellement utilisé une arme à feu lors de la tentative de meurtre.

La deuxième amélioration de la peine que le défendeur Knight a admis était qu'il avait commis la tentative de meurtre au profit d'un gang de rue criminel.

Le défendeur Knight, le tireur, a été condamné à 300 mois (25 ans) dans le département californien des services correctionnels et de la réhabilitation.

Parce qu'il est reconnu coupable d'un crime violent, tout crédit que le défendeur Knight peut tenter de gagner en prison en vue d'une libération anticipée sera limité à 15% au maximum de sa peine totale, soit au maximum trois ans et 9 mois. Cette condamnation constitue également une infraction de grève pour un usage futur, au sens de la loi modifiée des trois grèves.

Stillday, Knight

Le co-accusé Marshall Leland Stillday, 20 ans, de Hopland, est également reconnu coupable d'un plaidoyer de tentative de meurtre au deuxième degré, un crime. L'accusé Stillday a admis la vérité de la même amélioration de la peine qu'il avait également participé à la tentative de meurtre au profit d'un gang de rue criminel.

L'accusé Stillday, le conducteur, a été condamné à 180 mois (15 ans) dans le département californien des services correctionnels et de réadaptation.

Parce que sa condamnation est également violente, tout crédit que le défendeur Stillday peut tenter de gagner en prison en vue d'une libération anticipée doit également être limité à 15% au maximum de sa peine totale, soit au maximum deux ans et trois mois. Cette condamnation constitue également une infraction de grève pour un usage futur, au sens de la loi modifiée des trois grèves.

Selon l'enquête du service de probation, Stillday et Knight prétendent être associés à des sous-groupes locaux du gang de rue criminel Norteño – un sous-groupe de gangs criminel local appelé ATC, un acronyme pour Aztec Tribal Cholos, et un sous-ensemble de gangs criminel local appelé UNLV, un acronyme pour «Us Northerners Love Violence».

Après avoir été informé aujourd'hui que chaque prévenu avait reçu les peines de prison d'État prévues, la victime a remercié le procureur et a raconté qu'il peut désormais vivre sa vie en paix sachant que ces deux hommes – étrangers à lui cette nuit-là et même maintenant – vont ne pas être une menace pour lui et pour les autres personnes s'occupant de leurs propres affaires et, comme dans ce cas, essayant simplement de rentrer chez eux.

En arrière-plan, la victime sous-jacente dans cette affaire rentrait chez elle à Boonville le 7 août 2019 depuis la maison d'un ami dans la région de Poleeko. En roulant vers Boonville, d'autres voitures roulaient également vers l'ouest en direction de la côte. L'un des véhicules qui se dirigeait vers l'ouest était une Mustang argentée.

Il a ensuite été déterminé que la Mustang était conduite par l'accusé Stillday. Selon des déclarations ultérieures, l'accusé Knight, le passager avant de la Mustang, a déclaré à Stillday – alors que le véhicule de la victime les avait dépassés dans la direction opposée – "C'est ce Boonville blue-ragger", un nom désobligeant pour un membre d'un rival Sueño (Sudiste) gang de rue criminel.

Sur ce, l'accusé Stillday a fait un demi-tour rapide et a commencé à suivre la voiture de la victime jusqu'à Boonville. Remarquant qu'une Mustang semblait maintenant le suivre, la victime se gara et entra dans le Pic-N-Pay à Boonville car il ne voulait pas que la voiture suspecte le suive jusqu'à son domicile.

Après avoir attendu un peu, la victime a de nouveau tenté de rentrer chez elle, mais la Mustang suspecte se cachait toujours à proximité. Ne sachant pas quoi faire, la victime a conduit son véhicule dans le parking du parc des expositions bien éclairé. Pour se protéger, il s'est arrêté sous un réverbère au centre du parking et a attendu que celui qui le suivait s'arrête et quitte les lieux.

Au lieu de cela, les occupants de la Mustang ont poursuivi leur chasse, conduisant également dans le parking du parc des expositions. Ils se sont arrêtés un instant, puis la Mustang a commencé à avancer lentement vers le véhicule de la victime.

Soudain, le conducteur Stillday a accéléré et s'est précipité vers l'endroit où la victime s'était garée sous la lumière. Alors que la Mustang s'approchait assez près du véhicule de la victime – à environ cinq pieds de la porte du côté conducteur de la victime – le défendeur Knight a tiré sur la victime, un coup de feu qui a survolé à quelques centimètres de la tête de la victime, sortant par la fenêtre arrière côté passager du véhicule. la voiture de la victime.

Les occupants de la Mustang ont ensuite filé à 128 dans la nuit.

Les forces de l'ordre ont par la suite localisé un boîtier d'obus de calibre .45 usé près de l'endroit où la victime a déclaré que le passager de la Mustang avait tiré sur lui.

Une enquête ciblée menée par les membres des forces de l'ordre du bureau du shérif a finalement conduit à l'arrestation de ces deux accusés.

Les services chargés de l'application des lois qui ont identifié ces hommes et rassemblé les preuves sous-jacentes à l'appui de la poursuite et de la condamnation de chacun étaient la California Highway Patrol, le bureau du shérif du comté de Mendocino, en tant que principal organisme d'enquête, le service de police de Fort Bragg et le procureur du district. les enquêteurs.

Le procureur qui a personnellement géré les poursuites engagées contre ces deux accusés est le procureur adjoint de district Dale P. Trigg.

Le juge de la Cour supérieure du comté de Mendocino, Keith Faulder, avait précédemment accepté les négociations sur le plaidoyer et la peine négociées par ADA Trigg et a imposé aujourd'hui les peines de prison d'État stipulées, comme cela avait également été négocié.

* * *

* * *

ED NOTES

COMME TOUT LE MONDE, j'ai eu ma part de mauvais rhumes, dont certains étaient probablement un virus de la grippe. Je les ai combattus avec des photos libérales de chasseurs de whisky et de jus de fruits avec une dose ou deux de Theraflu. La cure de whisky semble être contre-indiquée pour cette chose corona et, à mon âge avancé, si je l'obtiens, je suppose que je devrais m'enregistrer à l'Adventist Kill Factory à Ukiah. Je préférerais de beaucoup Coast Hospital où les patients sont épargnés par les cours de régime et les autres conseils que les adventistes passent par l'interphone lorsque vous êtes pris au piège avec eux. À part l'âge, je ne «présente» pas le reste des facteurs de risque qui emportent les pauvres âmes frappées par ce virus, presque toutes âgées et malades. Tout le monde le bat. Mais ses ramifications ont été terribles, et beaucoup de problèmes nous attendent et y resteront longtemps.

NEWSOM DU GOUVERNEUR a dit de rester à l'intérieur, de porter des masques lorsque vous êtes à l'extérieur et de rester loin des autres dans la mesure du possible. Et, bien sûr, lavez-vous les mains et restez hors de votre nez. Il a déclaré que les restrictions ne peuvent pas être levées pour l'instant en attendant l'expansion des tests. Les tests, a-t-il dit, l'informeront ainsi que les virologues des zones de l'État qui peuvent sortir de leur cachette. Il a dit qu'il était parfaitement conscient des dommages économiques causés par l'arrêté, mais le lever trop tôt risque de provoquer une catastrophe plus large.

NEWSOM a déclaré que Trump avait promis de fournir à la Californie les prélèvements d'échantillons requis pour les tests de coronavirus – 100 000 cette semaine, 250 000 la semaine prochaine, avec six nouveaux sites de test qui deviendront bientôt opérationnels avec une capacité de test ultime de 1,5 million de tests sérologiques dans 130 installations à travers l'État.

ACTUELLEMENT, il n'y a qu'une capacité à l'échelle de l'État de faire 14 500 tests par jour dans tous les laboratoires médicaux publics et privés. L'objectif de l'administration Newsom est de 25 000 tests par jour d'ici fin avril et jusqu'à 80 000 tests quotidiens dans un avenir proche.

SODDEN THOUGHT: Avec Trump et les médias fascistes excitant les lecteurs correctifs, et les démocrates mettant à nouveau en place la seule personne qui pourrait perdre contre lui en novembre … Et si Biden le battait et, comme il est probable, le monstre orange ne le faisait pas '' t aller gracieusement, auquel cas nous espérons que l'armée et nos forces de police se montreront fidèles aux principes démocratiques et écraseront toute la foule honteuse d'entre eux.

DANS D'AUTRES NOUVELLES sur le front de la peste, les manifestants du Sud pour avoir levé les précautions de convoitise sensibles sont appelés le Flu Klux Klan, ce qui est injuste mais m'a fait rire.

LES BANQUES ont jusqu'à présent fait un cool 10 milliards de dollars de traitement des fonds de sauvetage d'urgence, dont la plupart sont allés à de grandes entreprises.

DISNEY a licencié 100 000 personnes tout en massacrant des dirigeants et des actionnaires avec 1,5 milliard de dollars en bonus et dividendes.

IL Y A "des inquiétudes croissantes" concernant l'approvisionnement alimentaire national causé par une vague de fermetures d'usines de transformation des aliments dont les travailleurs ont été testés positifs pour le virus mais ont travaillé sans protection.

CE GRAND PATRIOT, Mitch McConnell, a déclaré aujourd'hui (mercredi) qu'il s'opposerait à tout renflouement des fonds de pension.

* * *

SEJOUR DANS LA VALLEE

Il semble que le coureur se déplace sur la colline pour se nourrir, etc. ralentit. J'ai longuement réfléchi au «besoin» d'aller à Ukiah. J'ai en quelque sorte réussi à avoir toute ma nourriture, etc. Quelques achats via Amazon mais c'est tout. Les citrons semblent avoir un peu à peu près tout, tout comme Burt et le marché AV. Je crois de mes diverses lectures et articles de CDC que nous allons être dans ce domaine pendant longtemps.

Afin de soutenir nos entreprises locales, pourquoi les gens ne peuvent-ils pas simplement magasiner en ville? Burt peut commander et commandera à peu près tout ce que quiconque veut.

Il a pour moi et a livré mes achats à la maison. Lauren a besoin de votre entreprise et j'ai fait de mon mieux pour obtenir des plats à emporter d'elle.

Nous n’obtenons donc pas de «bonne affaire» sur les marchés locaux, mais ils sont là pour nous et font beaucoup pour assurer la sécurité de tous. Rossi’s est au dessus, tout comme le bureau de poste. The Farm Supply sont totalement conformes aux règles relatives aux gants et aux masques et font tout leur possible pour rendre vos achats aussi sûrs que possible.

Restez à la maison, restez tranquille et profitez au maximum de votre vie. C'est un cadeau.

Susan Bridge-Mount, Boonville

* * *

* * *

POÊLES ET POT

par Bob Dempel

Canyon Road est juste au nord de Geyserville. J'avais été contacté par un propriétaire d'un petit vignoble plus ancien pour inspecter les vignes à la recherche de maladies ou d'insectes. Il s’est avéré être un vignoble ancien typique avec ce que je soupçonne être une maison des années 1900 construite à partir des vignes. En tant que protocole que j'utilise depuis des années, je vérifie toujours avec l'occupant de la maison avant d'aller fouiner dans les vignes, surtout lorsque la maison est occupée par un locataire.

Un jeune homme a répondu à la porte et nous nous sommes brièvement présentés. De la position élevée de la maison, je pouvais voir un cercle vert au milieu d'un des blocs de vignes. Je lui ai assuré que je ne m'interrogerais pas sur cette partie de la propriété. En parlant, j'ai remarqué un poêle à bois extraordinaire, des garnitures brillantes, des portes en laiton. Comme aucun autre poêle à bois, je ne l'avais jamais vu. Le jeune homme m'a alors montré une façon unique de racler les cendres du poêle dans un récipient à l'avant du poêle. Il a fait ce poêle à la main et ça se voit. Je me suis excusé et j'ai inspecté les vignes et j'ai rapporté au propriétaire mes découvertes.

Je n'ai pas pensé au poêle pendant de nombreuses années avant d'avoir lu un article dans la presse démocrate sur une fusillade sur Canyon Road à Geyserville. Il semble que deux personnes ont tenté de s'aider elles-mêmes sur une portion de pot cultivée au milieu d'un vignoble. Le propriétaire a vu les intrus et une bagarre a suivi. Aucun nom n'a été utilisé mais j'ai pu tout rassembler. Je n'ai vu aucun article de suivi et je l'ai encore oublié pendant des années

J'ai construit une salle de dégustation un peu plus tard à Hopland pour McDowell Valley Winery. Dans la salle de dégustation, il y avait un coin pour un poêle. Après que McDowell ait occupé le bâtiment, je me suis arrêté un jour et là, dans le coin, se trouvait l'un des poêles à bois brillant de M. Canyon Roads. J'ai demandé au propriétaire Bill Crawford à propos du poêle et oui, il avait acheté le poêle à M. Canyon Road.

Encore une fois, les années ont passé et aucune pensée n'a été donnée au poêle unique. Un jour, j'étais au bureau du shérif à Ukiah. Juste là dans le parking était une camionnette unique garée. Les supports latéraux étaient impeccables et taillés dans le bois poli était une publicité pour les poêles à bois. Par nature, je suis curieux sinon un peu fouineur. J'ai attendu et bien sûr le chauffeur de la camionnette est apparu. J'ai pu dire bonjour et que nous nous étions rencontrés il y a plusieurs années sur Canyon Road. Nous avons échangé de petites conversations pendant un certain temps, puis je lui ai demandé quel était l'incident rapporté dans la presse démocrate. Il a dit: «Eh bien Bob, écoute, c'est comme ça que ça s'est passé.

De la maison, j'ai vu du mouvement dans mon pot. J'ai attrapé mon fusil et suis descendu les escaliers. Alors que je me rapprochais, l'un des voleurs tentait de lever son fusil vers moi. Il avait du mal à l'élever en raison de s'emmêler dans les vignes en pot. J'ai levé mon fusil en premier et j'ai tiré. J'ai ensuite procédé avec prudence au patch pot. Bien sûr, assez j'avais frappé le voleur. Il n'a pas été gravement touché et je l'ai ramené à la maison et l'ai appuyé contre un côté de la maison. Il était conscient et nous avons échangé quelques mots durs. J'ai cherché dans le vignoble un deuxième voleur et à cette époque j'ai entendu une voiture démarrer par la route. J'ai passé un peu de temps à m'assurer que le deuxième voleur était parti. Je suis ensuite retourné à la maison pour assister au premier voleur. Quand je suis arrivé à la maison, le premier voleur était mort, j'ai paniqué. Je ne savais pas quoi faire alors j'ai mis son corps à l'arrière de mon pick-up. J'ai roulé pendant plusieurs jours avec le corps, puis vers l'ancien dépotoir du comté au-dessus de Cloverdale et jeté le corps, puis je suis rentré chez moi sur Canyon Road. Peu de temps après, j'ai reçu la visite d'un shérif adjoint. Une personne s'était rendue au bureau du shérif et avait déposé un rapport sur une fusillade sur Canyon Road. Et le rapport m'a nommé tireur. Le député m'a emmené au bureau du shérif pour une longue interview. Je leur ai donné ma version de l'incident. J'ai été détenue au bureau du shérif pendant un certain temps et libérée. C'est ainsi que l'article est paru dans la presse démocrate. Je n'ai jamais été arrêté ou inculpé. Je n'ai plus jamais entendu le shérif ou le procureur de district. Je suis juste retourné à la construction de magnifiques poêles à bois.

Je pense au poêle acheté par McDowell Winery. Ils ont fermé leurs portes quelques années plus tard et nous avons vendu l'immeuble de Hopland à certaines personnes qui l'ont transformé en restaurant.

Je n'ai jamais revu le poêle.

* * *

* * *

LA PRISON D'ÉTAT IRRESPONSABLE DE LA LIBÉRATION D'UN DÉTENU AU COMTÉ DE STANISLAUS – OU À N'IMPORTE QUEL COMTÉ

On dirait que nous avons esquivé une balle de coronavirus, non grâce aux responsables irresponsables de la prison d'État qui ont libéré un détenu en quarantaine dans les rues du comté de Stanislaus.

modbee.com/opinion/editorials/article242154666.html

* * *

MARDI, MendocinoSportsPlus a publié un article sur le refus d'un couple de loger à l'hôtel Beachcomber. Voici ce que le journal de police de Fort Bragg a dit de l'incident:

»8 h 02 – Divers crimes, 1111 North Main St, rapporte que les sujets se sont vu refuser une chambre car ils ont déclaré qu'ils voyageaient de Seattle. Une fois refusés, ils sont revenus avec un équipement d'enregistrement exigeant d'enregistrer le rapport R / P pour avoir refusé de louer. Les sujets confrontés aux hôtels et aux forces de l'ordre affirmant la fermeture de Covid-19 sont illégaux. Gauche sur demande. NFA (aucune autre action). ”

Il est intéressant de noter que Seattle est le siège du comté de King à Washington – il y a eu 5 360 cas confirmés de coronavirus et 373 décès.

Ce matin, la chaîne de télévision KIRO 7 a publié ce message: "Le gouverneur Jay Inslee a déclaré que l'État ne serait pas en mesure de lever bon nombre des restrictions au séjour mises en place pour lutter contre le coronavirus d'ici le 4 mai, date à laquelle l'actuel directive est actuellement en place. "

Alors, que faisaient ces clowns ici? Rester à la maison!


MSP après mardi:

«Tournage» indésirable au Fort Bragg Motel – Le scanner a indiqué (8 h 04) que deux personnes avaient tenté de louer une chambre au Beachcomber Motel, 1111 North Main St, Fort Bragg. Ils ont été refusés – puis sont sortis et ont pris une caméra vidéo et ont commencé à filmer le personnel. Ils ont refusé d'arrêter le tournage et de partir. L'application des lois est en cours.

Mise à jour – Les sujets ont affirmé qu'ils étaient autoproclamés "presse libre itinérante" qui voulaient confronter les forces de l'ordre au sujet du Shelter In Place afin qu'ils disent qu'il est illégal.

(via MendocinoSportsPlus)

* * *

* * *

UN LECTEUR DU COMTÉ DU NORD ÉCRIT:

Oh, ils parlent de "la récompense".

Le gain est différent, selon ces fous, et il y en a tellement. L'une est simple (digne des esprits simples des Trumpster): tout comme l'a dit Dear Leader, c'est juste une conspiration trahison pour ruiner l'économie pour faire perdre à Trump les élections. Je vois tellement de commentaires à cet effet – la plupart du temps, personne ne demande jamais à ces idiots si les gouvernements de l'Italie et du Royaume-Uni et de la Corée du Sud et de la Chine et du reste du monde où COVID a frappé durement sont dans le complot et sont prêts à sacrifier leurs citoyens pour le mal Demo-RATS, qui, apparemment, n'a pas non plus d'entreprise ou d'emploi à s'inquiéter car ils sont sur la liste de paie de George Soros.

Pour beaucoup de ces personnes, je crois, le reste du monde n'est pas tout à fait réel dans le meilleur des cas, et ils sont prêts à attribuer quoi que ce soit à "Fake News". Mais surtout, je suppose, ils ne réfléchissent tout simplement pas à leurs complots.

CEPENDANT, ce n'est pas seulement les Trumpsters. Notre propre ancien superviseur de comté Hal Wagenet a posté sur Facebook, avec les mots "Enfin la VÉRITÉ ….." l'accompagnant, une vidéo d'un charlatan anti-vaccin fou, l'ostéopathe Rashid Buttar.

The video picks up on the idea you may or may not have seen going around that the COVID-19 shutdowns are a false flag operation designed to allow Bill Gates' dream to come true: decorating every human being with forced vaccinations and tracking microchips. And somehow the 5G cell towers are involved in COVID, too.

Here's the link to Hal's Facebook post. He did get some pushback about it. facebook.com/hal.wagenet/posts/1575234615960631

And here's a link to a Media Matters debunking of the same video: mediamatters.org/coronavirus-covid-19/despite-rules-about-misinformation-youtube-video-calling-coronavirus-false?

But if you really want to give yourself a headache, check out the crazies on Willits Weekly's Facebook post Monday (see link below) about how the county health officer told BOS she was planning to make the mask order mandatory as of April 24 – OMG, I mean just OMG. It's astonishing. And one of the worst things is that nobody, I mean nobody ever actually reads the actual post, let alone the original material accompanying it, as evidenced by the dozens of repeated questions that are answered in the post or original material… I think the idea that we have a "literate" country is, shall we say, less robust, than some of us hoped. business.facebook.com/WillitsWeekly/posts/3085725794816807

Excerpts from the Willits Weekly’s facebook posts:

Comment #1: Like writing any if those people would do any good. They are all a active like Nazi tyrants just grabbing our Wright's with no consequences to them . This is so illegal wonder. (entire comment sic)

Comment #2: I have never had anyone take or even want my Wright's. If you want some, just ask. Now if you are talking about our Constitutional rights, that's a different story. I have the right to go to a destination without the possiblity I could lose my life because some lunatic refused to wear a. mask because it violated what? His right to live? Pensez-y.

* * *

CATCH OF THE DAY, April 20, 2020

Cotton, Elliott, Hand

MICHELLE COTTON, Willits. Protective order violation, evasion.

ALICIA ELLIOTT, Covelo. Controlled substance, interfering with police communications, protective order violation, probation revocation.

HEATHER HAND, Ukiah. Controlled substance while armed with loaded firearm, possess-purchase controlled substance/narcotics for sale, stolen property, conspiracy.

Siddons, Way, Woodburn, Yates

MARIYA SIDDONS, Ukiah. Domestic battery, assault with deadly weapon not a gun, probation revocation.

SHAUN WAY, Potter Valley. Controlled substance while armed with loaded firearm, possess-purchase controlled substance/narcotics for sale, stolen property, harboring wanted felon, conspiracy.

SEAN WOODBURN, Mendocino. Domestic battery.

GEORGINA YATES, Ukiah. Disorderly conduct-alcohol.

* * *

SHORT TAKES

Today is QEII’s birthday. Ninety-four! Nice going, Liz! Longest reign in history!

“The New Yorker” ran a piece on her, not too long ago. The writer spent rare time with her, at the hair dresser’s, say, and at other times the public doesn’t see. There is, with any royal person, moments of straight-up ordinariness. She furnished a lot of those. The article concluded that, at the end of a long close-up encounter, she was “a quirky little person.”

Qui ne le serait pas? I can think of nothing—zip—that she has ever said worth remembering. Not once. No trace of wit, of intellectual curiosity, of philosophy, of—I’m sorry—notable intelligence. I’ve thought, for most of my life, that it would be hard as hell to find someone less relevant, except as a beloved British institution, than the king or queen of England since Victoria.


As the covid mess unscrolls, Klieg-lit by the helplessness of the U.S. government, the lapses in common sense and the bell curve of human intelligence, are glaring in their starkness. Too bad it’s not IQ connected, killing the stupid at a higher rate. (Actually it sort’ve is. You see the stupid in videos and stills, grouping snugly together in stupid places, like Florida beaches in spring, the American South and vacant-minded west. Accelerated natural selection is at work here.)

The constant grind of reality versus fantasy keeps refining our close-up look at the comparative smartness and mindfulness of us Merkins. We’re getting data that no survey, census or study would give on the national head space. They talk about flattening curves! Imagine if we cold march all our dumbies off to the Soylent-Green Machine. It would flatten the U.S. IQ bell curve to the point that we’d be as smart as Asians or Germans or lots and lots of people not coldly and deliberately stupified by unwritten American capitalist theory and practice (don’t teach your masses too much).

Then there are the intelligent who cozy up to the Right “because the pay is better on that side.” I watched Bill Krystol, former high government official, prominent neoconservative intellectual. Krystol reminds me of William F. Buckley, Jr., who reminded me of the Devil. These are people who have wit enough to fully grasp the consequences of their political and economic stances on the common people, routinely including death, quick and slow. I value the word “evil,” because evil exists. When smart people realize their acts cause misery and death, they are evil, and I, alone in my room, mutter, “Eat shit and die!” I need not be polite and civil, alone.

Still, we’re getting a precise count of the wrong-headed in the United States. They’re easy to spot, making no concession to their own or their neighbor’s wellness or wellbeing, loud mouths uncovered.


FINALLY, THIS: I was a paratrooper, a Screaming Eagle, a member of the storied 101st Airborne Division. God, I was daring! I was brave, daring, motivated, young, trained and armed.

But I was not called to war. I served during a brief interlude in our endless procession of wars. I did not earn the coveted Combat Infantry Badge. The 101st was called to protect then-VP Richard Nixon from a justly angry mob in Caracas, Venezuela in 1958. My battalion was not sent to that. A sister battalion went. (No C.I.B. for that action.)

We were summoned to Lebanon that same year. Christians and Muslims were killing each other again. (Which of these majestic faiths is the religion of peace? I keep forgetting.) Egypt and others were watching, with gleams in their eyes. (Our “police force” included marines and troopers from a different 101st battalion from mine, again.) No C.I.B.’s there, either.

I wasn’t called to Little Rock, either. Arkansas Governor Orval Faubus defied the federal order to integrate Central High School in Little Rock. There were nine black kids who wanted to go to school. Faubus called in the Arkansas National Guard to stop them, and activists in Little Rock crowded together to help keep those damn kids from polluting the white kids. So President Eisenhower sent us. Again, they called up a different battalion, one I had belonged to but transferred out of. Goddamn it! There was a moment I missed that pains me still.

They teach you different ways to use a rifle—you can shoot, use the bayonet or slam the butt against somebody. That guard walking the enemy’s ammo dump in the middle of a frigid night can be silenced without shooting, they trained us, by using a garrote or, in a pinch, by violently driving your rifle butt into his backbone (after enlisting the required stealth and speed). They said the shock of a suddenly broken spine drops you silently.

I wouldn’t know. I only did that in training, but for that eventuality and for crowd control, I knew the “vertical butt stroke.” Holding your rifle diagonally across your body, in a posture universally understood to mean “stop,” in the event that somebody gets too close anyway, you sharply bring up your bottom hand, the right hand that grips the stock, you bring it abruptly up and hit your nuisance in the face, neck or chin. That’s a vertical butt stroke.

Now it happened that one young Arkansas man was not prepared to get all obedient to a bunch of boys in soldier suits, and he grabbed for a trooper’s rifle. The kid didn’t even have to think about it. The butt of his M1 just seemed to come up on its own, and the jaw of the protestor just happened to get in the way, and the protestor went down as if persuaded by Muhammed Ali. I wasn’t there. Again. Dommage. The rifle weighed ten pounds. When you’re hit with it, you tend to stay hit. I would have loved to see that moment, loved more to be on the hitter side, holding the rifle, but, alas…

So I didn’t see war in Lebanon, mobs in Venezuela or even that high-school dust-up in September, 1957. I did get to wear my dress uniform at the commencement prom of an all-girls high school in Baltimore, my boots with inspection spit-shine, brass agleam and trouser & tunic creases like knife edges. I like dancing. They don’t have a badge for dancing, far as I know.

Thus was my Cold-War heroism, but this page-long digression sets me up to say what I wanted to say when I wrote “FINALLY.”

Except at the live-fire exercise near the end of infantry training, I never had to duck a bullet during my time, but I got Hazardous Duty Pay for jumping out of airplanes. That upped my army pay from $100 a month to $155.00. Hazardous duty!

Now we’re standing up and holding congratulatory signs for doctors, nurses, ambo drivers, first responders of all kinds, grocery-store clerks and delivery-truck drivers—you name it, and it’s all right and proper. So, HOW ABOUT HAZARDOUS-DUTY PAY? Instead of extending our collective hand in a six-foot-away handshake, why in hell don’t we do something a little more substantial for the people who are risking their lives while most of us huddle in shelter? Give them hazardous-duty pay and strike an honor-medal to pin on their protective equipment. Think Trump might think of that?

Whatever you think, settle in for the long haul. We’ll be years getting through this, and it will come back, with totally unpredictable intensity an unpredictable number of times.

— Mitch Clogg

* * *

SYMPTOMATOLOGY

Dear AVA,

As a lifelong healthcare worker, I would like to share an entire list of symptomatology repeated to me by folks who think they’ve survived Coronavirus, …including me. Rarely have I heard doctors and health officials on the radio, describe the first two symptoms*.

• Conjunctivitis followed by

• Curious loss of sense of taste/smell when eating, accompanied soon after by sore throat.

• Fever, chills (Slept 1 week, drank lots of water every time I awoke),…accompanied by sore aching muscles/bones all over body.

• Productive lung cough (Not so much a head cold or sinus infection).

• Wheezing, rattling chest noises, shortness of breath on exertion.

• Productive cough to clear bronchial airway remained after worst symptoms had abated. (For which I requested/received antibiotics, licking it almost immediately, w/in 24-36 hrs. My Doc told me that antibiotics would only help if it was bacterial. However, the use of antibiotics soon abated the airway problem altogether. Mostly, I reserve antibiotics for tick bites!)

Lastly, laryngitis lasting about a week.

Mostly in that order, it lasted two months from beginning to end. There was no testing available to me (Jan-Feb 2020). What I do know is that fluids, lots of rest, sitting with feet up with torso tilted upright to sleep when possible, and acupuncture, gave me relief. I spent time in nature, and with my horse, weeding out an abandoned garden-full of thistle, which my horse fortunately considers a delicacy he’s just gotta have. I turned him loose, and watched him eat.

Yesterday I read that the sun kills the virus. (My Minnesota Swede cousins were right to say, ‘get a lot of fresh air to remain healthy!’) But authorities tell everyone to shelter in place, which is inside for many folks. I kept moving, (and away from humans!), went outside to breathe fresh air whenever possible, motilated as a bi-ped when not on the equine quadra-ped, and got flat intermittently throughout the day; the barometer being, fluid retention in my usually boney feet.

I enjoyed the solitude of catching up on at least a dozen books I’ve bought or borrowed from Dawn Ballentine’s full-service Hedgehog Books at Boxcar Depot in Boonville, and am sorting through old essays I’ve written and collected, some of which were published in the AVA. Without a job… employment… there is no time. No schedule. Less stress in a strange sort of way – even without money! I often remember Author and Shamanism historian, Michael Harner, who once told me, “Time is a construct created by man purely for the measurement of making money.” Without a job and income, there is now time to finish old projects: Like labeling and sorting, downloading and printing pictures from all my phone/computer-type appliances. Weeding and planting a garden, cleaning closets, saving a leaning 100-year old barn-wood shed, stacking firewood, planting drought resistant plants, burn piles, and it turns out my horse is good at learning tricks.

I would like to point out two particularly kind, generous acts of community I experienced during Pandemic 2020 and thank these kind locals:

Yesterday, a bunch of cars lined 128 in front of Methodist Church. Sign said, “Food Bank 3-6”. I was looking for regular food bank volunteer, Buffy, so I followed their handy circular drive-up. There were about a dozen volunteers in face masks standing back in a clutch, like a wedding party, on the church steps. One clip-boarded volunteer greeter with a page-full of names at the car window. Boxes of food at bottom of steps, ready to go. No Buffy; but, boy, were they organized! Warmed my heart.

And, Sweet Sharon Shapiro gifted April rent to renters at Boxcar Depot. Thank you, Sharon!

We have a really kind community here in Boonville. So lucky, we are, to know what that is.

Here’s hoping May Day doesn’t turn into just that for you! Like Queen Liz says, “Until we meet again!”.

AbraKaDebra

AbraKaDebra Bodywork

Boonville’s Boxcar Boardwalk

* * *

* * *

ONCE THE RULING ELITES have determined that the danger of collapse and with it the loss of their real estate and securities assets has passed, they will order their pet Congressmen to allow expanded unemployment benefits to lapse. Those who are out of work will again try to make do with $347 a week, taxable. When they fail, which is inevitable, the jobless will be slammed with months of back rent and mortgages, plus interest and late fees, plus all the other bills that had been deferred yet unforgiven by landlords, telecoms and other owner-class types during the COVID-19 lockdown. Homelessness and poverty will skyrocket.

Like before.

N'ayez crainte. Factories will go back to cranking out Yobama action figures, mint-flavored condoms and Mercedes SUVs that retail for $220,000 while getting 12 miles a gallon. Choked highways will slow to a crawl. Skylines will plunge back under a sea of haze.

Coyotes and mountain lions will scamper back into the mountains. The birds will fly away again.

No one will check on grandma or grandpa.

There won’t be any need.

(Ted Rall)

* * *

* * *

OPPORTUNITY IS KNOCKING – LET’S HELP OUR KIDS DISCOVER IT

By Michelle Hutchins, County Superintendent of Schools

Dans le sillage de Covid-19, de nombreux enseignants équilibrent la nécessité de prendre soin de leurs propres enfants tout en gardant leurs élèves engagés dans des études, et les parents qui sont invités à faire du télétravail jonglent avec les besoins de leurs enfants avec les réalités économiques de leur famille. Pendant ce temps, les étudiants tentent de s'adapter à un nouveau paysage plein d'incertitudes.

Ce type de perturbation de nos routines quotidiennes est rare, et bon nombre d'entre nous ont naturellement répondu en se plaignant de toutes les restrictions et limitations indésirables. Mais si nous nous concentrions plutôt sur l'opportunité? Et si nous arrêtions de nous concentrer sur les choses que nous ne pouvons pas contrôler et commençions à nous concentrer sur la façon de faire les choses différemment? Je sais que ce n'est pas facile, mais je pense certainement que cela en vaut la peine. Bien qu'il soit de loin préférable pour la plupart des élèves d'être dans une salle de classe avec leurs pairs, il y a beaucoup de choses qu'ils peuvent apprendre et vivre pendant l'apprentissage à distance.

Pour aider les parents à inspirer, divertir et engager leurs enfants dans l'apprentissage, mes collègues et moi-même au Bureau de l'éducation du comté de Mendocino (MCOE) ont sélectionné des ressources éducatives triées sur le volet pour répondre aux besoins des enfants de tous âges et de toutes capacités qui vivent de toutes sortes. des situations familiales. We’ve intentionally chosen resources that support the coursework students have already received from school, ne pas to replace it.

Lorsque les élèves vivent des moments difficiles, ils peuvent souvent se sentir mieux en travaillant avec des sentiments inconnus en s'exprimant et en explorant leur propre voix dans le monde, que ce soit par la journalisation, l'art, la musique, la poésie ou d'autres moyens. And having a little extra time on their hands can afford the opportunity to extend their formal learning with new and interesting skills.

Sur notre site Web MCOE, nous avons téléchargé des liens vers des activités amusantes et engageantes qui couvrent une gamme de sujets éducatifs: préscolaire, arts de la langue anglaise, histoire / sciences sociales, mathématiques, sciences, apprentissage socio-émotionnel, jeux, éducation physique et autres liens vers les ressources. Bien que vous ayez besoin d'un accès Internet pour afficher les ressources, toutes les activités ne nécessitent pas de connectivité. Consultez les ressources en visitant www.mcoe.us/coronavirus-information-for-schools-and-families.

En plus des activités sur notre site Web, voici quelques conseils pour gérer les défis éducatifs et émotionnels de l'étude à domicile pendant des périodes comme celles-ci.

Keep Routines in Place & Create a Daily Plan

L’une des meilleures façons de réduire le stress des enfants est de maintenir des routines familières. Créez des routines de réveil, de repas et de coucher cohérentes. Commencez ensuite chaque matin en partageant le plan de la journée, afin que les enfants sachent à quoi s’attendre.

Créez un horaire qui intègre à la fois le temps de travail et de détente en fonction de l'âge et du stade de développement de votre enfant, y compris les universitaires, le temps de création sans écran, l'exercice, les collations / repas, le temps en plein air, les tâches ménagères, le temps libre, etc.

Include Exercise in the Mix

L'une des meilleures façons de réduire le stress est de BOUGER. Obtenez les enfants actifs et actifs. Promenez-vous dans le bloc ou courez-les jusqu'à un point de repère visible. Faites une chasse au trésor intérieure si le temps est mauvais. Il est difficile de surestimer l’importance de l’exercice pendant une telle période.

Try New Things or Go Back to Old Favorites

Être à la maison ensemble vous permet d'essayer de nouvelles choses et de revenir à vos anciens favoris. Préparez des biscuits ensemble. Faire des puzzles. Jouez à des jeux de société ou à des cartes. Trouvez les Legos. For ideas, visit www.mcoe.us and scroll to the bottom of the page under RESOURCES FOR SCHOOLS, FAMILIES AND THE COMMUNITY and click on Chatter Pack: A list of free, online boredom-busting resources.

Connect with Friends and Family

C'est aussi le moment idéal pour se connecter avec des amis et une famille élargie. Prévoyez un moment pour que les enfants parlent à leurs grands-parents ou à un voisin âgé de la meilleure chose qui leur soit arrivée ce jour-là ou de ce qu'ils attendent avec impatience demain. Demandez-leur d'écrire une lettre.

Manage Your Own Anxiety

La façon dont nous gérons notre propre anxiété a un grand impact sur nos enfants. Les enfants nous suivent leurs signaux, et ils sont suffisamment perspicaces pour remarquer le langage corporel et d'autres communications non verbales. En fonction de l'âge et des besoins de vos enfants, gardez les préoccupations de vos adultes privées et surveillez ou limitez correctement l'accès de vos enfants aux bulletins de nouvelles et aux médias sociaux. Si vous êtes contrarié, faites une pause. Il est préférable de dire la vérité à vos enfants, mais pas de surpartager.

Accentuate the Positive & Be Patient and Kind

Pendant les moments difficiles, la capacité humaine de gentillesse et de compassion est souvent affichée de manière extraordinaire. Share examples with your children when you see them, and brainstorm with them about ways they can be helpful and kind.

N'oubliez pas que la plupart des gens font de leur mieux dans des conditions difficiles. Essayez d'être patient avec vous-même, vos enfants, votre partenaire, vos collègues et les enseignants de vos enfants. Pratiquer la gratitude et aider vos enfants à pratiquer la gratitude est un excellent moyen de réduire le stress et d'apporter de la joie dans votre vie. Que cela nous plaise ou non, nos actions servent de modèle à nos enfants. Modélisons le comportement que nous voulons qu’ils utilisent.

À la fin de tout cela, nous sommes dans le même bateau. Soutenons-nous les uns les autres.

* * *

PANDEMIC 2020 & THE JET STREAM!

Leap Year 2020, during the Pandemic, I found a place for a Victory Garden w/room for my horse, too. After weeding, I fed him, and jumped back in the car, preparing to leave for the day. As I gripped the ignition, I thought, "Where must I be going on time today?" No work, what with the pandemic! Why not take a mid-day nap while the horse eats? Sun's coming out, Zzz …warm car relaxing, Spring day birds tweetin', hummers hang humming, (I tend to think in Haikus when sleepy.) …Zzzz I'd go riding, but reflexes not so sparky today…Zzzzz And out I went, until Ernie Pardini found me asleep in my car, loudly snoring.

Nature is a great equalizer. No matter how disregardful and damaging an act man commits against nature, nature's "dealt" is often an unexpected shock suffered upon humankind. As an example: Coronavirus. AOC could not have better choreographed the 2020 Pandemic "shut-down" to prove her point about The Green New Deal, and it appears that the US Gubment shut-down has facilitated a practice-run of The Green New Deal unknowingly, and quite by accident. Aside from the government's use of the word "lock-down", using a prison term to acquaint the US population with required isolation, why aren't we hearing more from AOC presently? Noticeably, there is less air pollution caused by jet airplanes and vehicle emissions from millions driving daily to/from work. These, only two among the largest of air polluters around and above Earth's crust. Noticably Mother Nature is already bouncing back. I suppose Donald Trump wants the shut down over with ASAP before American's, dulled by his psychopathic lies, notice these healthy changes in Nature.

I've been teaching my horse tricks during the pandemic shut-down. I garden. He and I just finished weeding the raised beds full of thistle and California Poppy. He doesn't eat poppy, but delicately vanquishes the thistle, gently pulling it out and sliding it down his muzzle, root first, avoiding the stickers somehow. So very soon, I'll be ready for vegie starts. I'll plant a few things that make a good winter garden. For this season, though, herbs, rocket, cukes, squash, eggplant, peas; but avoiding zucchini! Needless to say, I've been outside alot through this pandemic stay-in-place order. I'm out of work as a hands-on healthcare worker. Lots of time on my hands.

Playing with the horse last Sunday, I kept hearing the sound of Canadian geese overhead. Waaay overhead. I scoured the sky following my ears, until finally, a hair-thin line of geese appeared directly overhead, above AV Way, in Boonville. Flying NW in a perfect V, they were high out of reach and sound of the frost fans, but apparently replacing jet engines in the jet air-stream! Hou la la! That's huge, as far as air and sound pollution goes! Too many to count, that's how high I remember them flying as a child, before the jet streams became crowded with …jets! I called Joe, who walked by, to tell him to get a load of the geese! Took him awhile before he spotted them also. He said, "Wow! Those wouldn't even show up if I took a telephoto shot; they're up so high!".

Nice to see. And hear.

I end this with a haiku dedicated to sweet Harumi Blyth, her father's daughter…

Reclaiming jet stream

High altitude geese stroke sky

Above AV Way

Cordially,

Debra Keipp

* * *

COWARDLY CONGRESS CHOOSES TO BE AWOL

by Ralph Nader

Shouldn’t our elected reps be on the job providing essential services?

In the midst of the COVID-19 pandemic a careening, confused President is fibbing, flailing, breaking laws, and mishandling money. As the domino effect of this crisis mounts, the public is asking: “Where is the Congress?” Our Senators and Representatives have been home since March 20 and won’t be back until May 4th, not on the job inside the Capitol. Shameful!

Worse, some lawmakers want a remote Congress so they can remain AWOL and pretend to deal with the many crises remotely.

Pourquoi? Fear of the pandemic? Escaping rollcall responsibility? No matter that Congress can follow all the CDC guidelines and more for personal protection. No matter that millions of essential workers – some a few blocks from Congress, bravely go to work to perform their critical duties. Healthcare, transit, grocery, police, maintenance and sanitation workers, many executive branch civil servants and others are faithfully on the job.

Congress should be working harder than ever – 6 days a week, not its usual 21/2 days. Congress should be monitoring the spending of trillions of dollars it approved for recovery, and passing improved rescue legislation that puts the people first. Congress should also be anticipating and preventing the ugly greed of commercial lobbyists who will cravenly push for more giveaways for their fat-cat big-business clients. The devil is in the details and in the fine print of new and upcoming bills. Scams, gouging, waste, and corruption are exploding already in a corporate crimewave while the President pulls the federal cops off their beats.

Thirteen million people will lose their health insurance between March and July of this year. Over 25% unemployment is bringing untold fear, dread, and deprivations to millions of families. Where are the indispensable 535 lawmakers? Back at home ignoring their duties.

Small businesses and family farms, lacking the reserves and political privileges of big business, are suddenly experiencing a deadly freefall in sales with slow arrivals of temporary federal assistance. Many will face ruin and bankruptcy. Lifetimes of work smashed.

Trump has encouraged the EPA to stop enforcing violations of prohibited pollution laws. Trump’s FDA announced that it was suspending inspections of foreign plant exporters of food and drugs to the U.S. The President is even threatening the existence of our post offices.

Where is the Congress? It’s halls and committee rooms are empty!

With knowing criminal intent, the Trumpsters are running the life and health saving Federal agencies into the ground. Under Trump’s puppet Andrew Wheeler, the EPA has become the environmental pollution agency. OSHA has been turned upside down. Trump is even weakening nursing home safety regulations in our pandemic. Scientists and other civil servants are being muzzled or pushed out.

Where is Congress? It is looking for how it can push button constitutional duties from perches back home. Can Congress truly believe that it can run our national legislature from home? There is no substitute for members of Congress convening in real time in the nation’s capital. Article 1, Section 7 of the Constitution requires a quorum to conduct Congressional lawmaking. The full Senate voted in person in March to pass the $2.2 trillion relief/bailout package.

Now, Congress agrees another large assistance law is needed. It has to be preceded by hard work, the best ideas, public hearings, tight drafting, and intense deliberation over long days.

So far Speaker Nancy Pelosi, who is on the job, is resisting remote voting. Republican Senate leader Mitch McConnell said he agrees, but he led the flight out of Congress back to Kentucky a month ago.

Many of these pampered politicians, comfortable at home in their safe gerrymandered districts, drawing their regular salaries and benefits while watching or reading the stories of courageous workers risking their lives daily for pittances, will go down in history as cowards. Historians will not treat them kindly.

Meanwhile these so-called guardians of our crucial constitutional separation of powers are having a mock video hearing to try to show Congress can go online. This is indefensible when we have a Constitution-breaking monarchical president who says: “I have an Article 2 where I have the right to do whatever I want as president.”

Sovereign people – give your Senators and Representatives, who have fled Washington and are back home, a galvanizing piece of your mind. Just pick up the phone and dial your member or the Congressional switchboard (202-224-3141) and make your needs known. Remind them that if they don’t get back to work, you’ll remember in November.

(Ralph Nader is a consumer advocate, lawyer and author of Only the Super-Rich Can Save Us! )

* * *

* * *

HONORING EARTH DAY

New Short Film from Mendocino Coast Films

In honor of Earth Day, here's our just-released short film, FARMSTEAD, shot on the Mendocino Coast.

This new short film features local organic farmers, Andy Pothast and Rachel Hoipkemeier from Root Down Farm.

Thanks to all who helped make this short film possible.

Synopsis: "Having restored an old abandoned farmstead, a Northern California couple makes farming their life's work.”

Enjoy and happy Earth Day!

-Laurie

* * *

ON LINE COMMENT OF THE DAY

Show me one spot where white guys do actual 300 plus acre farm labor working for someone else and living in shanty towns. Please.

For years now in CA farmers have watched their crops rot due to lack of workers even after putting out a call nationwide.

There are many articles online about pear farmers in that situation.

Immigration “reform” has nothing to do with all the rhetoric. The big ag companies want all of our food to come from out of country as it’s cheaper and easier to get around rules. So by deporting all the people who work in that industry makes it so there are no workers left here.

In my 20’s, 4 of my guy friends who were in great shape went to work the fruit picking circuit. They lasted a month and said they couldn’t keep up with the 50 year old mexican guys.

Its hard work and is seen as low class so its entirely true that white guys dont work those fields. The pay is not good.

Most farm owners use machines.

It’s not racist. Its just how it is.

We’re not talking about home gardening or farming, we're talking about factory farming, the people out harvesting acres and acres of food working long days for low pay and living in camps.

I went to the camp Pacific Lumber used to keep its illegal workers at on the river, it was so sad to see how these guys had no way to clean up after spraying all those nasty pesticides and herbicides all day.

Do you all not get that the largest group of welfare recipients are low income white folks? ????

Pear rot story

https://abcnews.go.com/WNT/US/story?id=2677661&page=1

* * *

* * *

THE UNFORTUNATE UGLINESS OF MICHAEL JORDAN'S LAST DANCE

by Dave Zirin

Sports is the last oasis of monocultural moments. The Super Bowl, March Madness, the opening pitch to start the baseball season, the NBA Finals, and the Summer Olympics are a few of the events we still collectively share, even in our sliced and diced entertainment landscape. These events, which timestamp the seasons in our subconscious, have been taken away from us by the coronavirus pandemic, but something close to a substitute has blessedly emerged.

For those immune to the ESPN hype machine, this is La dernière dance, the long-awaited documentary about the final season of the Michael Jordan Bulls dynasty of the 1990s. Rare footage, unseen since it was filmed over two decades ago, has emerged as a mammoth 10-part series to be shown over five weeks on ESPN. The release date was moved up to fill the content hole created by the coronavirus. Ratings for parts one and two are through the roof, the highest ever for an ESPN doc.

Grateful as I am for this film’s existence, it is a very flawed product. So far, it hasn’t been worth the gargantuan hype that has accompanied it. Granted, I was not necessarily the target audience. I grew up a Knicks fan in the 1990s. Michael Jordan’s Bulls stomped on the chests of those Pat Riley/Patrick Ewing Knicks teams. At times, reliving the Bulls’ supremacy felt like watching a frothy documentary about my last root canal.

For those born after 1990, I could see this being a useful education into the sheer physical and psychological dominance that Michael Jordan brought to the court every single night. It’s also novel to see the 57-year-old Jordan interviewed about his life. Speaking about himself, particularly his childhood in Wilmington, North Carolina, does not come easily to him. It’s moving to see him attempt to make sense of the racial and familial considerations that propelled him to seek refuge on fields of play. For being such a ubiquitous brand for almost four decades, Jordan is surprisingly reclusive. It makes for riveting, if not always elucidating, viewing.

Yet, as was seen infamously in Jordan’s churlish, biting Hall of Fame speech over a decade ago, the real Jordan behind the smiling hype and poetical play is compelling but also repellent. He was a bully as a teammate and someone who wanted to rip out your soul as an opponent. That he treated those around him so poorly does not make Jordan unique among those deemed geniuses in their craft. Steve Jobs wasn’t exactly warm and cuddly. Mais La dernière dance lionizes this behavior to an absurd degree. While exposing a new generation to Jordan’s greatness, the filmmakers also project his bullying as critical to his success. Former presidents and Hall of Famers, in tiresome fashion, pay tribute to his “intensity,” without a thought as to its toxicity.

Jordan’s insistence on being the alpha asshole deserves criticism, not praise. As soon as Jordan’s playing skills eroded, when he returned from retirement for two failed last seasons with the Washington Wizards, we saw the limits of this approach to building a championship team. If you are the greatest player ever, you can be a jerk or you can be Mother Theresa. You probably will find success. When Air Jordan became Floor Jordan in Washington, it was far less charming, as his harangues lost their power and teammates were beaten down with none of the attendant success.

The other part of this documentary that is (perhaps unintentionally) nauseating is the vilification of the late Jerry Krause, the portly general manager of this championship team. Krause is made to carry all of the blame for breaking up this dynasty. He is portrayed as some kind of petty schemer who wanted to tear it all down just to show he could rebuild a championship team without Jordan, Scottie Pippen, or coach Phil Jackson. The film crudely never mentions that Krause died in 2017, giving the impression that he decided not to cooperate with the project. No one is on hand to give his side of the story, or provide a sympathetic view.

Krause was no saint, and is by no means blameless. But to see Jordan, Jackson, and Bulls owner Jerry Reinsdorf repeatedly throw him under the bus is gross. It’s especially noxious since Jordan is now an NBA owner himself and putting all the blame on Krause gives his fellow “team governor” Reinsdorf a pass.

If the recollections of Krause feel unfair, the old footage from 1997 shows Krause constantly belittled by Jordan to his face about his height, weight, and general appearance. Again, this is all presented not only without criticism but with a message that this is part of what made Jordan great.

There is clearly space for a critical documentary about Michael Jordan and his legacy. Only judging by the first two episodes, this ain’t it. Given that Jordan and the NBA reportedly had veto power over all the footage, and that ESPN is a broadcast partner in this process, not a critical journalistic entity, no one should expect much to change with the episodes that lie ahead. It’s a shame.

* * *

Fort St. Elmo; Valletta, Malta

* * *

ON LINE COMMENT OF THE DAY #2

Re: The Crescent City anti-lockdown demonstration: The most hilarious part of their argument is always about how “they’ve” scared us and we’re like “sheep.” I don’t know, but some things in life merit being scared, Karen. I swear the president’s inclination for constant temper tantrums have really spread like wildfire among his fan base as we see here. How privileged for you to get up and throw a fit about your “rights being taken away” and other bull shit while medical professionals all over the world risk their lives and “essential workers” are forced to risk theirs for shit pay and no benefits (don’t confuse yourself that they’re there because they want to be) and here are all these Facebook meme experts with MAYBE a high school education all of a sudden know more than experts who’ve dedicated their lives studying this shit. It must be their gut, their instincts. Same gut instincts that cause you all to gather during a pandemic. Keep up with the illusion the low case numbers mean you’re safe to go back to normal and that “social distancing” with everyone is going to protect you. But, perhaps the best thing about the current situation is that the consequences aren’t something happening ten, twenty years down the line. Nope, we get to watch all these stable geniuses drop ill and or dead within the next several months. Maybe we can gather a list of these proud patriots and it could be left to the discretion of medical personnel whether they’re worth the risk or not to take care of them when this happens? After all, why risk their own job and livelihoods for folks who swear they know what’s best?

* * *

* * *

‘RESPONSE’

Editor,

Professional Activists-Regarding Naomi Wagner, Willits, who self-identifies as an "activist" for a living

I am responding to your recent letter on Activist Naomi Wagner.

Pre-pandemic, "Activist" Naomi Wagner wrote a letter to the AVA essentially to nullify my statement that Alicia Bales left the Mendocino Environmental Center twisting in the wind with no operating funds or board members. In her letter to the AVA, Ms. Wagner stated emphatically that she is the president of the MEC and that all is dandy.

I am providing a portion of a Board of Supervisors meeting video which includes Naomi Wagner. I have also provided links to articles which show that Ms Wagner isn't the President of the MEC. The words are quoted from her own activist mouth.

The video is from the BOS Feb 4, 2020 meeting where Ms. Wagner spoke about the environmental issue: Hack and Squirt. When introducing herself to the BOS, Ms. Wagner made no reference to the MEC in Ukiah let alone that she is and has been the president since her buddy Alicia Bales left for KZYX in the summer of 2019. Ms. Wagner said she was there representing an entirely different group (SEIJ). Ellen Faulkner, who pals around with Ms Wagner wherever she goes is also in the video. Ms Faulkner was also recruited by Bales to be on the MEC board. Ms Faulkner makes no mention of the MEC when she introduces herself to the BOS. You would hope that both activists who were speaking about the environment would mention their activism work on behalf of the MEC.

When I revealed to the AVA that Alicia Bales left the MEC virtually broke and without leadership after her two-year tenure as president, Naomi Wagner came to her rescue and made up a story that she, Ms Wagner never left the MEC, and was in fact the president since the summer of 2019. Given that there is no info on the MEC or KMEC websites about any board elections or membership, it's hard to fathom that Naomi Wagner is the president of anything.

As recently as today, April 22, there is no information about Naomi Wagner serving as the MEC president; no mention of board elections, no newsletters, no roster of board members, no board minutes, no news, no general membership meetings, no fund raising plans or activities, no annual meetings held, no volunteer opportunities, and certainly, no mention of an approved budget by the current board. As a non-profit and/or public radio station, these are REQUIREMENTS by the FCC and the Secretary of State to be in good standing as a not-for-profit. KMEC's website, which falls under the MEC umbrella is no better. Its operating license is in jeopardy.

After reviewing the video/articles, readers can make up their own mind about the activist, Naomi Wagner and her truth-telling.

Mary Massey

Ukiah

https://www.pressdemocrat.com/news/2218756-181/four-protesters-arrested-as-supervisors

Here Naomi Wagner is listed in an article and makes no mention of being a member of the MEC in Ukiah.

Redwood Nation Earth First

https://www.ksbw.com/article/7-tree-sitters-arrested-in-calif-highway-project-protest/1051373#

In this article, she lists herself with a different group, Earth First!

CHP arrives in force to clear Willits bypass protesters

As recently as December 11, 2019, an article from KZYX written by Sarah Reith, close pal of Alicia Bales indicates Naomi Wagner is not listed as the President of anything. Rather she is listed as a member of SEIJ, or, Social Environmental Indigenous Justice along with Ellen Faulkner.

https://www.kzyx.org/post/bos-hears-public-comment-v-and-b

* * *

SENATORS FRUSTRATED BY FEW ANSWERS, TECH GLITCHES

Senators wore face masks and grilled officials about Gov. Gavin Newsom’s $1.4 billion deal to buy masks and other protective gear — but got few answers during their first hearing on the state’s effort to stem the spread of coronavirus.

calmatters.org/politics/california-legislature/2020/04/california-senate-hearing-coronavirus-budget-oversight/

* * *

* * *

MEADOW FARM

Support Earth, Support Community Health

Dear Neighbors and Friends of Meadow Farm,

Meadow Farm is a charitable organization formed especially for the benefit of our local communities and environment. We are grateful for this opportunity to be of service by sharing food and developing disaster relief potential.

Our organization is an IRS designated 501c3 non-profit and would wisely use funds donated to us for seeds, orchard trees, tools, irrigation, road, water systems, housing farmers, disaster relief supplies or any of the many projects we are implementing. Any funding, services or other gifts given would go to help us all move to a more local-based economy and healthier lives.

If you cannot donate financially we have other ways to help support this community resource. We are finalizing the construction of a small community-use house. The garden, too, is growing in size and takes much in the way of tools, soil and physical efforts

With these, and so many other, projects, we could use some help to support the ability we have to grow and give. (Our 3 main farmer/workers ages range from 66-75 years) We are doing all that we can to stay well and keep moving toward our goals of environmental healing and greater self-sufficiency for our region..but we need to start asking for support.

Some ways we could use help: If you can build benches or help install two large water tanks, we could collaborate on these projects. We have four solar panels that needs a structure.We need 8 feet of base cabinets, countertops and shelves for the community kitchen ( to share as a place for gathering, fermention/preservation of harvests, and plant-based cooking workshops.. among other uses in the future) Perhaps you have time and interest in helping here or from your home workshop. Or are you someone who can search and prepare grants for funding ongoing and future projects. All these would be valuable ways to contribute to the health of your family and wider community.

Please freely pass this along if you know of other folks that may be interested in being involved in such an endeavor.

We are grateful to our local volunteers and to the young people who have traveled here to work with us. And, of course, to our Mother Earth for her life-sustaining gifts.

In Appreciation,

Meadow Farmers and Leadership Circle

Sojourna Lee, Secretary

Meadow Farm Community Land Trust

IRS 501(c)3 charitable non-profit

Biointensive Mini-Farm

Food Security for our BioRegion

Disaster Prep and Relief

Building Community Resilience

MeadowFarm.org

info@meadowfarm.org

(707) 813-9234

* * *

FOUND OBJECT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *